Accueil Conseils - Astuces 5 façons surprenantes de vous simplifier l’écriture d’un article de blog

5 façons surprenantes de vous simplifier l’écriture d’un article de blog

177
13

De plus en plus de blogueurs cherchent à tirer leur épingle du jeu. Le blogging est devenu une mode, au même titre qu’être équipé d’un iPhone (ouille, je vais me faire taper là 🙂 ). Le problème, c’est qu’il faut écrire, écrire, et encore écrire.
Écrire est l’une des premières choses qu’on nous apprend enfant. Mais on se complique la vie au fil du temps. Histoire de tout remettre en ordre, voici 5 façons surprenantes de vous simplifier l’écriture d’un article de blog

plume-ecrire-blog

1. Prenez plaisir à écrire !

L’écriture doit réellement être un plaisir. Ne vous forcez pas à le faire si vous ne vous en sentez pas le courage. Au contraire, allez respirer un bon coup, étirez-vous, et remettez-vous au travail. Un seul mot d’ordre : prendre plaisir dans ce que vous faites. Si un sujet ne vous intéresse pas, passez à autre chose. En vous forçant, vous allez écrire de la merde et vos lecteurs le ressentiront.

2. Écrivez comme vous parlez !

Je ne me suis jamais pris la tête à sortir des mots incompréhensibles. Je ne suis pas le genre de mec à me prendre la tête, et j’avoue que jusqu’à présent, ça ne m’a pas porté préjudice.
Un jour, quelqu’un m’a fait remarquer dans les commentaires qu’il ne fallait pas utiliser le mot “ça” mais plutôt “cela”. Entre nous, qui utilise encore ce mot dans la vie de tous les jours ??

3. Une idée par article !

N’abordez pas 50 thèmes dans le même article. Vous vous perdrez et vos lecteurs avec. Non, à la place, prenez le temps de bien mettre en évidence l’idée de l’article que vous souhaitez aborder.
Une idée par article est le meilleur moyen d’atteindre la simplicité et d’améliorer la lisibilité de votre blog. Sans compter qu’en gardant vos nombreuses idées, vous pourrez vous en servir plus tard pour des futurs articles.

4. Éditez à la fin !

Restez cloîtrer devant votre clavier et mettez-vous comme challenge de finir l’article avant de le corriger. Ne vous souciez pas des fautes d’ortographe pour le moment, vous y reviendrez par la suite. Le temps que votre article se repose un peu (et vous aussi par la même !) et vous pouvez l’éditer.

5. Faites des recherches avant… Ou après !

Je me suis aperçu d’une chose : les recherches prennent du temps. En effet, si vous effectuez quelques fouilles pendant l’écriture d’un article, vous allez vite dériver de votre but ! Internet est trop grand pour ne s’arrêter qu’à une seule recherche. Comme moi, je suis certain que vous aussi vous dérivez et butinez de blog en blog !
Faites quelque recherches avant ou après l’écriture de votre article va vous simplifier une fois de plus la rédaction d’un billet.

6. (BONUS) No Brain, No Fear !

Pas de cerveau, pas de peur ! Voilà une phrase que je me répète à longueur de journée. Si elle peut vous sembler bizarre, elle prend toute son ampleur au moment de l’écriture : je pose mon cerveau de côté… Et j’écris ! C’est con ? Oui, je sais, mais c’est tellement plus simple !
Note sur ce bonus : le pire, c’est que je pense aussi pareil quand je suis sur mon VTT ou ma Katoche. La preuve avec mon sac réalisé sur mesure !

sac-katoche

Quelle façon (surprenante ou pas) avez-vous mis en place pour vous simplifier l’écriture d’un article ?

13 Commentaires

  1. Comme je fais des tests d’applications ou que j’essaie des outils en ligne, je m’efforce de faire d’abord un tour sur ceux-ci pour les découvrir. Ensuite seulement, je rédige et je n’hésite pas à vérifier l’un ou deux éléments qui me viendraient à l’esprit en ayant le site ou l’app à côté.

    En ce qui concerne les screenshots, je prends souvent les captures avant la rédaction de tout élément intéressant. Après rédaction, je les ajoute seulement et si j’en ai besoin, je refais d’autres captures.

  2. Il ne faut surtout pas avoir de complexes, le mieux est l’ennemi du bien, a force de trop vouloir bien faire on ne produit rien ou bien ses écrits restent endormis sur un disque dur à tout jamais…
    J’ajouterai même une étape à votre article, surtout ne suivez pas la dictature de google, si votre article fait 80 mots et qu’il vous plait,publiez le ! La règle des 500 mots pour faire plaisir à un robot est totalement absurde !!!!

  3. Bonjour,

    Je viens de lire votre article, et j’aimerai revenir sur un point qui me fait plaisir c’est d’écrire comme on parle. C’est peut-être bête et les avis sont surement différent mais je suis entièrement d’accord avec vous, on voit trop aujourd’hui de sites internet avec une ligne éditoriale étrange pas du tout en relation avec leurs thématiques…

    Je pense qu’il faut, en effet, adapter sa ligne éditoriale à son public et au thème de son site.

  4. Bonsoir,

    Ecrivain moi-même depuis des années sans jamais réussir à exprimer mes idées, même les plus simples, j’ai découvert vos brillants conseils il y a quelques jours et, depuis, je n’arrive plus à m’arrêter. C’est simple, ma plume virevolte.

    Merci Cédric, à bientôt dans la Pléiade.

  5. Petit bémol concernant les fautes d’orthographe : publier avec des fautes peut gêner certains lecteurs et laisser penser que le fond du billet est similaire à la forme, ce qui est dommage dans le cas d’articles fouillés. Tout le monde n’est pas forcément doué en orthographe et même si j’essaye de me lire et relire avant de publier un billet, je ne vois pas toutes mes erreurs aussi, j’envoie systématiquement mes billets par courriel à un ami à l’oeil infaillible et ne publie que lorsqu’il a corrigé.

  6. Excellent , pour ceux qui comme moi n’ont ni cerveau ni peur ni reelle disciplibe d’ecriture l’utilisation du mindmapping peut etre interessante , en 5 ou 6 bulles , le squelette , puis les idees puis le texte en mode debride. Du coup on garde le style parle qui permet l’emotion mais on y ajoute un peu de structure ;0)

  7. Très bon article, instructif mais à prendre avec des pincettes pour les novices. Ecrire comme on parle : oui, selon les sujets. Difficile de parler d’éléments techniques avec un langage oral, au risque de passer pour un débutant. Il y a un fossé entre le langage parlé et le corporate. A l’auteur de trouver le juste milieu !
    Même bémol pour les fautes : si ce sont de petites fautes de frappes, anodines et faciles à corriger sans que cela ne se voit trop (tiens, j’utilise « cela » et ce, même à l’oral !), pourquoi pas. Au risque, déjà, de rebuter ceux qui remarquent les fautes au premier coup d’oeil. Mais les fautes de syntaxe ou de conjugaison, par exemple, sont à bannir dès le premier jet au risque de brouiller le message et de rater son objectif.
    Pour le reste, vos conseils sont avisés et à appliquer pour tous les blogueurs et rédacteurs qui se demandent comment augmenter leur efficacité !

  8. Les points cités dans l’article introduisent facilement l’art du copywriting aux novices. J’ai lu plusieurs blog qui traitent le même sujet, et le votre est le plus clair par rapport à la rédaction d’article.

    Merci pour vos efforts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici